Nutriscore
Nutrition générale

Le Nutriscore

Hello à tous. Je vous retrouve aujourd’hui pour un article au sujet du Nutriscore, vous le voyez apparaitre de plus en plus souvent sur vos emballages alimentaires. Nous allons discuter ensemble de ce sujet. L’occasion aussi pour moi de partager mon opinion 😉 N’hésitez pas à partager vos avis et opinions en commentaires !

Qu’est-ce que le Nutriscore ?

Le Nutriscore, ce petit score allant de A à E du vert au rouge. Il est apposé à l’avant des emballages alimentaires. Ce procédé a été mis en place par Santé Publique France dans le cadre du PNNS (Plan National Nutrition Santé) dans l’objectif d’une plus grande transparence et d’une meilleure compréhension pour le consommateur.  Ce score est basé uniquement sur les valeurs nutritionnelles, pas toujours facile à lire pour les consommateurs.

Le Nutriscore est entré en vigueur en 2017, il reste cependant facultatif pour toutes les industries agroalimentaires. Aujourd’hui 2 ans après, 83 marques sont adhérentes au programme.

Le calcul du Nutriscore

Comme évoqué précédemment, ce score est basé sur les valeurs nutritionnelles et plus précisément sur la valeur énergétique (en kJ), le taux d’acides gras saturés, de sodium, de sucres simples, les fibres, les protéines et le pourcentage de fruits, légumes, légumineuse et fruits à coque.

C’est un système d’addition de points positifs (correspondants aux composantes jugées « défavorables » : énergie, sucre, sodium et acides gras saturés) et de points négatifs (correspondants aux composantes jugées « favorables » : fruits, légumes, légumineuses, fruits à coque, protéines et fibres).

Selon moi, les avantages et limites du Nutriscore

Le Nutriscore peut être un réel avantage d’un point de vue marketing. Un produit noté A ou B sera un plus de vente. Aujourd’hui diverses études menées ont montré que le Nutriscore influençait de plus en plus de consommateur dans leur choix. (Source Figaro économie)

Sur le plan nutritionnel, l’idée n’est pas mauvaise mais selon moi les données prises en compte ne sont pas forcément les données les plus essentielles à prendre en compte. Plus les taux de fruits et légumes, de protéines et de fibres sont importants plus le score diminue. Cependant aucune dégradation du score n’est prévue pour un produit avec des conservateurs, des colorants ou autres additifs en tout genre.

Une autre limite pour le score : aucune portion n’est prise en compte tous les scores sont calculés pour 100 grammes de produit. A titre d’exemple, un parmesan râpé est noté en C ou en D (selon les marques), mais il me semble qu’il est assez rare de mettre 100g de parmesan dans ses pâtes…

Degré de transformation

De plus, le degré de transformation du produit n’est pas pris en compte. Il existe un autre score nommé NOVA, qui lui prend en compte uniquement le degré de transformation d’un aliment. Plus un aliment est transformé, plus sa note sera dégradée. Par exemple, les céréales pour petit-déjeuner sont des aliments ultra-transformés et notés C. Cependant un produit naturel mais gras et/ou salé type tapenade sera lui aussi noté C. Encore une fois, il est rare de consommer 100 grammes de tapenade. La tapenade contient uniquement des produits naturels et pas d’additifs mais sa note ne sera pas meilleure car encore une fois ni la composition ni la portion ne sont prises en compte.

Conclusion sur ce score

L’idée de départ de simplifier la lecture des déclarations nutritionnelles est plutôt intéressante. Maintenant est-ce que l’enjeu initial de transparence et d’amélioration du mode d’alimentation des consommateurs est bien respecté ?

Aujourd’hui, deux ans après le lancement de ce score, les consommateurs sont plutôt satisfaits de celui-ci malgré un manque d’information. Une partie des consommateurs demandent même une obligation sur tous les produits alimentaires. Des pétitions ont été lancé pour que la Commission se pose la question de l’obligation du Nutriscore. Si la pétition atteint le million de signature en mai 2020 alors la Commission s’interrogera sur une éventuelle obligation du score. (Source : UFC Que Choisir) En Novembre, suite à toute cette crise sanitaire que nous avons traversé, le dossier est en suspend.

D’un point de vue santé, une étude menée prouve même que ce Nutriscore éviterai bon nombre de décès de suite de maladie métabolique. Attention, cette étude est basée sur de la simulation mais les résultats restent sans appel.

Quelles améliorations possibles pour ce score ?

A notre échelle, il n’est pas possible de faire grand-chose mais nous pouvons en discuter ensemble.

Santé Publique France communique beaucoup auprès des professionnels, afin de les faire adhérer au programme, cependant le grand public manque un peu d’information à ce sujet. Il serait intéressant de l’informer via des campagnes publicitaires ou autres. D’après une étude personnelle, plus de 95% des personnes interrogées ne se sentent pas assez informés à ce sujet.

De plus il serait bien que le nutriscore s’intéresse à la portion consommée et à la composition du produits (les ingrédients).

N’hésitez pas à partager vos opinions et vos interrogations en commentaires. Merci à tous d’avoir lu cet article jusqu’au bout ! N’hésitez pas à partager, liker, commenter sans modérations ! On se retrouve vite sur instagram et YouTube.

D’autres articles sont disponibles sur le site.

2 commentaires